…et puis je me suis reveillée

Et puis à cinq heures cinquant-et-quelques je suis sortie.

Ce n’est jamais un bon signe quand je sors à pieds. J’ai pris le tramway pour arriver au coeur de la ville. Ce serait magnifique pouvoir arriver si facilement au coeur des problèmes, des incompréhensions, des inégalités.

L’action bleue du 10 Novembre à été très significative. Le 23 Novembre je suis redescendue dans la rue me mélanger avec cell.eux qui mènent un combat beaucoup plus net et cristallin du mien. Le mien mélange trop tout, on n’arrête pas de me le dire. J’ai décidé d’y aller seule le 23 novembre. J’ai rencontré d’autres femmes auxquelles nos messages étaient arrivés. Notre action à du sense pour d’autres personnes.

Pour elles le vélo n’est par central. Mais il l’est pour moi. Cependant cette action m’éloigne du mouvement initial et ceci me laisse en désarroi. Pas d’hyperboles. Le féminisme divise. Jusqu’au jour où il unira. Mais le chemin est douloureux. Certains appuient nos démarches mais jusqu’à que ça reste quelque chose à part, sans avoir d’effets sur l’image initial. Il faut pas dénaturer. Ils approuvent jusqu’à quand ils doivent renoncer à un bout de place.

Faut donc rester dans ce coin bleu? Ils approuvent la non-mixité. Mais elle est le moyen pas la fin. Mes pensées retournent alors à cell.eux qui ne sont pas en faveur de la non-mixité. Si elle arrive à ça, ou bien si elle n’arrive nulle part… alors je les rejoins, enfin. S’ils préconisaient ce désarroi, ils ont donc peut être raison.

J’ai la boule au ventre et c’est la raison pour laquelle ce matin j’ai pas eu la force d’ouvrir le garage pour en sortir mon vélo. Mais c’est aussi grâce à ça que j’écris ces mots, assise sur le tram. Ma boule au ventre me dit que le chemin est long et pénible. Si tu veux maintenir ton intégrité tu n’as pas de place dans la légende. Tu ne changeras rien si facilement sans renoncer. Si tu renonces par contre tu auras un poids dans un chemin significatif.

Choisi donc: vélo ou égalité? Comme souvent je veux tout. Suis je la seule? C’est si injuste que je suis restée figée. C’est six heures vingt-trois quand le tram bleu aux oiseaux blanc arrive à la Comédie. Juste le temps de terminer de coucher noir sur blanc ce morceau de déception.Mais je ne publierai pas ça en direct, car le ciel est encore bien noir et pour une femme il est encore bien mieux ne pas donner trop d’information sur soi.

À présent il vaut donc mieux rester dans son coin obscure.

Mais là je mélange tout, encore une fois

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.