Je Suis Une Des Deux Raymondes sur le chemin

On a fait nos Raymondes

Nous nous étions croisées virtuellement sur la page Facebook du Sub24, lieu de rencontre pour aventurier.e.s du vélo telles que nous sommes! Nous avons découvert d’être voisines et une rencontre s’imposait un de ces jours. Vivement le jour que cela est arrivé. Dès la première moment nous nous racontons des projets qui nous animent. Fabienne travaille au projet Roc Hand Roule une «association proposant la cartographie précise d’itinéraires véritablement accessibles (testés par des handbikes), le partage d’informations techniques et l’itinérance sportive en mixité handi-valides.» «Au même rythme, sur les mêmes chemins, nous militons pour l’inclusion par les actes plus que par les mots

Ce dernier propos me fait vibrer, nous avons encore un  point en plus en commun. Je lui raconte de la vocation d’inclusion qui ont pris les balades à l’aurore. Plus d’envie de “mainstream” ou presque, plutôt de dessiner les balades quasiment à mesure de personne. D’où les balades entre femmes, les balades conçues pour les enfants,  l’envie de faire rencontrer des personnes de milieux différents, de créer des liens autour du vélo. Ou entre mondes, comme par exemple les astrophiles avec les cyclistes (ce projet fou dans le tiroir d’aller voir les étoiles à vélo avec Guillaume Cannat… il faut d’abord le convaincre!!) Tout bien mélanger, comme j’aime bien. “Tout mélanger” en ce cas signifie pour moi “Favoriser les rencontres entre différents univers, nourrir notre curiosité de l’autre et du monde” avec l’espoir de créer des nouveaux univers, idéalement  plus bienveillants.

On parle aussi du paradoxe de l’inclusivité, du fait que inclure tous est virtuellement impossible et que pour aller en ce sens il faut parler à chacun un par un. Beau casse tête. Nous arrivons imaginer, comme c’est naturel, d’organiser une #SunriseRide conçue pour l’handibike.

Entre nous passe une énergie toute particulière, nous sommes les deux déjà en train de rêver.  On se retrouve planifier une escapade faisable très bientôt. 
Et puis, quelque jour après, nous voilà.

On fait bien les Raymondes aujourd’hui, je lui dit en prenant cette photo. Raymond Poulidor est parti vers meilleur vie depuis quelque jour et la blague est un peu amère. Je ne suis même pas sûre qu’elle soit bien placée. On discute de cette expression écoutée dans le milieu vélo. Fabienne est bien calée dans un univers vélo qu’elle aime à fond. Mais combien d’univers vélo existent au fait? “On est tous le Raymond de quelqu’un” on me dira sur Twitter.  

Quand elle m’a proposé de partir en voiture j’étais un peu surprise, Fabienne m’explique que faire du vélo est pour elle un plaisir fou, mais avec des importants coûts à payer, comme  des tendinites et aussi des risques à assumer comme les crevaisons ou des obstacles posée par l’état des infrastructures.

Parcourir la ville représente pour elle des “frais” supplémentaire qu’elle ne se sent pas d’ajouter. Je la comprend. Je pense à tous les potelets disseminés, les voitures mal garés et tout autre souci qu’on répertoire au quotidien sur Vigilo et je suis d’accord, ça ne vaut pas ce coût.

Elle a hâte d’arriver à un parking en dehors de la ville pour se libérer de la voiture, elle me dit adorer ce moment où, montée sur son vélo, elle peut enfin aller, libre, rapide. 

Sa voiture est équipée d’un robot de coffre pour sortir et rentrer le vélo. En fait c’est mon vélo qui est embêtant là, elle serait franchement plus agile sans moi, la prochaine foi je la retrouverai au parking en dehors de la ville. Ou bien nous tenterons de défier la ville ensemble?

Je pense tout de suite qu’on pourrait essayer de traverser ensemble la ville vide aux aurores. J’ai envie de lui montrer ça.  On se promets qu’on en parlera sérieusement ! Pour le moment nous profitons de cet instant de pur bonheur Le soleil est chaud, le ciel bleu et nous nous sentons libres et heureuses.

Cette aventure nous amène des surprises inattendues qui nous font bien sentir vivantes. En bien comme en mal. Mais c’est le bien qu’on décide de garder avec nous, lassant les soucis glisser loin. Tant que nous imaginons déjà la prochaine.

Le recit de Fabienne.

Update: Article paru le 19/12/2019 sur le MidiLibre avec l’histoire de Fabienne

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.