Je Suis Une Des Deux Raymondes sur le chemin

On a fait nos Raymondes

Nous nous étions croisées virtuellement sur la page Facebook du Sub24, lieu de rencontre pour aventurier.e.s du vélo telles que nous sommes! Nous avons découvert d’être voisines et une rencontre s’imposait un de ces jours. Vivement le jour que cela est arrivé. Dès la première moment nous nous racontons des projets qui nous animent. Fabienne travaille au projet Roc Hand Roule une «association proposant la cartographie précise d’itinéraires véritablement accessibles (testés par des handbikes), le partage d’informations techniques et l’itinérance sportive en mixité handi-valides.» «Au même rythme, sur les mêmes chemins, nous militons pour l’inclusion par les actes plus que par les mots

Ce dernier propos me fait vibrer, nous avons encore un  point en plus en commun. Je lui raconte de la vocation d’inclusion qui ont pris les balades à l’aurore. Plus d’envie de “mainstream” ou presque, plutôt de dessiner les balades quasiment à mesure de personne. D’où les balades entre femmes, les balades conçues pour les enfants,  l’envie de faire rencontrer des personnes de milieux différents, de créer des liens autour du vélo. Ou entre mondes, comme par exemple les astrophiles avec les cyclistes (ce projet fou dans le tiroir d’aller voir les étoiles à vélo avec Guillaume Cannat… il faut d’abord le convaincre!!) Tout bien mélanger, comme j’aime bien. “Tout mélanger” en ce cas signifie pour moi “Favoriser les rencontres entre différents univers, nourrir notre curiosité de l’autre et du monde” avec l’espoir de créer des nouveaux univers, idéalement  plus bienveillants.

On parle aussi du paradoxe de l’inclusivité, du fait que inclure tous est virtuellement impossible et que pour aller en ce sens il faut parler à chacun un par un. Beau casse tête. Nous arrivons imaginer, comme c’est naturel, d’organiser une #SunriseRide conçue pour l’handibike.

Entre nous passe une énergie toute particulière, nous sommes les deux déjà en train de rêver.  On se retrouve planifier une escapade faisable très bientôt. 
Et puis, quelque jour après, nous voilà.

On fait bien les Raymondes aujourd’hui, je lui dit en prenant cette photo. Raymond Poulidor est parti vers meilleur vie depuis quelque jour et la blague est un peu amère. Je ne suis même pas sûre qu’elle soit bien placée. On discute de cette expression écoutée dans le milieu vélo. Fabienne est bien calée dans un univers vélo qu’elle aime à fond. Mais combien d’univers vélo existent au fait? “On est tous le Raymond de quelqu’un” on me dira sur Twitter.  

Quand elle m’a proposé de partir en voiture j’étais un peu surprise, Fabienne m’explique que faire du vélo est pour elle un plaisir fou, mais avec des importants coûts à payer, comme  des tendinites et aussi des risques à assumer comme les crevaisons ou des obstacles posée par l’état des infrastructures.

Traverser la ville représente pour elle des “frais” supplémentaire qu’elle ne se sent pas d’ajouter. Je la comprend. Je pense à tous les potelets disseminés, les voitures mal garés et tout autre souci qu’on répertoire au quotidien sur Vigilo et je suis d’accord, ça ne vaut pas ce coût.

Elle a hâte d’arriver à un parking en dehors de la ville pour se libérer de la voiture, elle me dit adorer ce moment où, montée sur son vélo, elle peut enfin aller, libre, rapide. 

Sa voiture est équipée d’un robot de coffre pour sortir et rentrer le vélo. En fait c’est mon vélo qui est embêtant là, elle serait franchement plus agile sans moi, la prochaine foi je la retrouverai au parking en dehors de la ville. Ou bien nous tenterons cette traversée de la ville ensemble?

Je pense tout de suite qu’on pourrait essayer de traverser ensemble la ville vide aux aurores. J’ai envie de lui montrer ça.  On se promets qu’on en parlera sérieusement ! Pour le moment nous profitons de ce t instant de pur bonheur Le soleil est chaud, le ciel bleu et nous nous sentons libres et heureuses.

Cette aventure nous amène des surprises inattendues qui nous font bien sentir vivantes. En bien comme en mal. Mais c’est le bien qu’on décide de garder avec nous, lassant les soucis glisser loin. Tant que nous imaginons déjà la prochaine.

Le recit de Fabienne.

SunriseRide dans l'Écusson

Une aurore rêveuse et flâneuse dans les ruelles
Lien évènement Facebook

Dimanche 15 décembre:  Aurore à vélo ou #SunRiseRide, en version urbaine et hivernale, une balade à vélo  rêveuse et flâneuse, entre nuit et jour, dans l’Écusson. Balade tranquille et plaisante à la portée de tous (qui s’effectue sous la responsabilité individuelle de chacun des participants.)



L’Écusson un dimanche d’hiver, aux aurores est un cadre spatio-temporel de rêve et ceci même en cas de pluie !!  L’idée est justement de profiter des  “ espace-temps “ que notre ville peut offrir, et du bonheur de la bicyclette pour flâner sans gêner, sur les cendres de la nuit.

Il n’y aura pas  de parcours établi, la bal(l)ade sera instinctive ! Juste le plaisir d’errer dans les ruelles illuminées à fête, en guidant ou en suivant quelqu’un d’autre. Ou même en solitude avant de se retrouver. Le petit jeu étant d’éviter (ou d’ailleurs pas…) les côtes trop raides et les trop rapides descentes ((Tout comme les camions de nettoyage qui profitent, eux aussi, de ce vide éphémère pour refaire beau le centre ville. ))

Partir seuls ou en tout petits groupes  pour nous recroiser à tout hasard pendant la balade  et enfin nous rassembler  à 7:30 aux Jardins du Peyrou pour célébrer le soleil qui se levera derrière l’église de Saint Anne (8h10)

Continue reading “SunriseRide dans l'Écusson”

…et puis je me suis reveillée

Et puis à cinq heures cinquant-et-quelques je suis sortie.

Ce n’est jamais un bon signe quand je sors à pieds. J’ai pris le tramway pour arriver au coeur de la ville. Ce serait magnifique pouvoir arriver si facilement au coeur des problèmes, des incompréhensions, des inégalités.

L’action bleue du 10 Novembre à été très significative. Le 23 Novembre je suis redescendue dans la rue me mélanger avec cell.eux qui mènent un combat beaucoup plus net et cristallin du mien. Le mien mélange trop tout, on n’arrête pas de me le dire. J’ai décidé d’y aller seule le 23 novembre. J’ai rencontré d’autres femmes auxquelles nos messages étaient arrivés. Notre action à du sense pour d’autres personnes.

Pour elles le vélo n’est par central. Mais il l’est pour moi. Cependant cette action m’éloigne du mouvement initial et ceci me laisse en désarroi. Pas d’hyperboles. Le féminisme divise. Jusqu’au jour où il unira. Mais le chemin est douloureux. Certains appuient nos démarches mais jusqu’à que ça reste quelque chose à part, sans avoir d’effets sur l’image initial. Il faut pas dénaturer. Ils approuvent jusqu’à quand ils doivent renoncer à un bout de place.

Faut donc rester dans ce coin bleu? Ils approuvent la non-mixité. Mais elle est le moyen pas la fin. Mes pensées retournent alors à cell.eux qui ne sont pas en faveur de la non-mixité. Si elle arrive à ça, ou bien si elle n’arrive nulle part… alors je les rejoins, enfin. S’ils préconisaient ce désarroi, ils ont donc peut être raison.

J’ai la boule au ventre et c’est la raison pour laquelle ce matin j’ai pas eu la force d’ouvrir le garage pour en sortir mon vélo. Mais c’est aussi grâce à ça que j’écris ces mots, assise sur le tram. Ma boule au ventre me dit que le chemin est long et pénible. Si tu veux maintenir ton intégrité tu n’as pas de place dans la légende. Tu ne changeras rien si facilement sans renoncer. Si tu renonces par contre tu auras un poids dans un chemin significatif.

Choisi donc: vélo ou égalité? Comme souvent je veux tout. Suis je la seule? C’est si injuste que je suis restée figée. C’est six heures vingt-trois quand le tram bleu aux oiseaux blanc arrive à la Comédie. Juste le temps de terminer de coucher noir sur blanc ce morceau de déception.Mais je ne publierai pas ça en direct, car le ciel est encore bien noir et pour une femme il est encore bien mieux ne pas donner trop d’information sur soi.

À présent il vaut donc mieux rester dans son coin obscure.

Mais là je mélange tout, encore une fois

Cyclo-féminisme ? Mais pourquoi?

Action bleue
Action Bleue 10 Novembre 2019 #TousàVélo

Après l’action en bleu du 10 Novembre #JeSuisUneDesDeux a été contacté pour ouvrir à vélo la Marche #NousToutes34. 

Je profite d’abord de ce billet pour préciser: primo que ni #JeSuisUnDesDeux ni #JeSuisUneDesDeux sont synonymes de Vélocité Montpellier. Cette dernière est une association, les autres sont des mouvements citoyens. Bien évidemment il y a des bases en commune. Secondo: #JeSuisUneDesDeux ne se veut en aucun façon opposé à #JeSuisUnDesDeux, mais complementaire.

En première instance je suis une cyclo-activiste et j’étais donc Un Des Deux, celui-ci reste mon activisme principal. Je crois dans le  vélo et sa culture et je veux faire tous ce qui m’est possible cette vélorution. Mais je vis à présent une transition. Je suis en train de devenir féministe J’ai choisi le bleu pour symboliser cette transition et pas (encore?) le violet.

Ce podcast m’a beaucoup parlé.

Je me suis retrouvée en plein. Je sais exactement le moment où j’ai fait cette transition. J’étais une “féministe passive” auparavant. Maintenant je sens que c’est l’heure d’agir.

Je suis “passée à l’action féministe”quand j’ai eu le doute que ma voix dans le vélo-activisme ait eu moins poids d’autres, que mes action valaient moins, quand j’ai trouvé qu’on m’ait réservé un traitement différent. Je peux pas savoir si c’est à cause du patriarcat, ou de mon fort accent à l’oral comme à l’écriture, ou autre. Dans le doute je agis pour une cause qui me parle. Pour plus de place et  visibilité des femmes, à vélo aussi.

J’agis à vélo car je crois à ce que Susan B. Anthony a dit en 1896:

“La bicyclette a fait plus pour l’émancipation de la femme que n’importe quelle chose au monde. Je persiste et je me réjouis chaque fois que je vois une femme à vélo. Cela procure un sentiment de liberté et d’autonomie à une femme.”

Il faut protester contre la violence et il faut travailler pour la prévenir: ceci passe par l’émancipation, l’empowerment, l’autonomie. Pour ces raisons je crois dans le vélo, je crois dans les atelier non mixte du Vieux Biclou, je propose des actions au féminin à vélocité. Pour ces raisons je serai parmi #NousToutes demain. Et j’y serai à bicyclette !

Je ne me sens pas légitime pour appeler d’autres femmes marcher à vélo avec moi, mais j’y vais donner la meilleure contribution que je pense pouvoir apporter: je vais à vélo photographier les femmes (à vélo ou pas). Je rappelle d’ailleurs le projet de femmes à vélo qui se trouve de moment que sur Twitter.

Si vous venez demain sur l’esplanade, je vous serai reconnaissante si vous voudrez me prêter votre imagine fière de femme à vélo!

Je mélangerai pour l’occasion mon bleu transition avec un peu de violet.

RDV 12h place de l’Europe où il y aura des prises de parole jusqu’à 14h. Je serai là à 11h30

Parcours : départ place de l’Europe – place Paul Bec – via les voix du tram : gare – rue de République – Observatoire – boulevard du Jeu de Paume – place Royal (Peyrou) – rue Foch – place des Martyrs de la Résistance – Comédie – commissariat de l’Esplanade – marches du Corum.  Sur carte ça devrait etre ça

Toutes les info sur le lien de l’evenement Facebook

Invitation SunriseRide Quartier Malbosc

Un lever de soleil pour nos enfants

Dimanche 13 Octobre, départ 7h

Lien  évènement Facebook

Nouvelle Balade à l’heure dorée, organisée grâce à l’aide du Comité de Quartier Malbosc Bouge et  l’association Vélocité.

Le verdoyant quartier de Malbosc nous offre des espaces calmes et apaisés. La balade est à la porté de tous et  spécifiquement conçue pour les enfants et les seniors ou ceux qui ont envie de monter ou remonter en selle après long temps. Nous allons mettre le pied à terre toutes les fois qu’il sera nécessaire, dans les montées ou descentes du parcours ou sur les points où le chemin le requiert.  

Continue reading “Invitation SunriseRide Quartier Malbosc”